Un bébé à chaque sein

Homoko Alembo est un bon mari, disent ses cinq épouses. « Il nous laisse tranquilles, et ne nous appelle pas lorsque les enfants sont petits », ajoutent-elles. L’abstinence est la règle en attendant que les enfants soient forts et que les femmes puissent à nouveau travailler. « Mais d’autres hommes, rompent avec la tradition, disent-elles; certaines femmes ont un bébé à chaque sein et doivent à la fois garder tous leurs enfants en vie, cultiver les jardins et s’occuper des cochons. »

Une femme coûte 19 cochons. 

 À chaque fois qu’il y avait un « umu », la cuisson d’un cochon,  les premières épouses de Homoko Alembo se chamaillaient sur sa distribution de la viande afin d’avoir les meilleurs morceaux. Sauf Lus, qui l’écoute toujours, il a, sans hésiter, renvoyé quatre d’entre elles, à la maisons et acheté quatre nouvelles !! Il a dû payer 19 cochons pour chacune. Je l’écoute me raconter son histoire et conclure “Les prix augmentent, les premières ont coûté moins cher ! » Oui,» je lui ai répondu, «les prix augmentent partout sur la planète ». Je ne peux pas m’empêcher de réfléchir à ma propre valeur marchande et au fait que ma liberté est peut-être liée au fait que je n’en ai pas.

 Dans une société égalitaire, on ne parle pas de la valeur marchande de ses enfants. 

—–

Dans les montagnes, le statut d’un big man (grand homme, chef) comme lui dépend du nombre de cochons qu’il possède. Comme il a beaucoup de terres à travailler et d’importantes commandes de cochons pour les fêtes, il a besoin de plusieurs femmes. Pourtant , dans d’autres régions du pays, les hommes considèrent le fait d’avoir plusieurs épouses plutôt comme une charge supplémentaire qu’un avantage.

C’est ainsi que cela se passe ici

Tout à coup, Mule cesse de pleurer et sourit. Puisqu’il y a eu un mort , il y aura des funérailles, l’occasion pour toutes les femmes de se retrouver et de pleurer ensemble. Elles se couvriront le visage de peinture, mettront leurs jupes de paille, se rencontreront le long de la route, marcheront ensemble et crieront à l’esprit de la mort de venir aider leurs hommes à se venger. Toutes ont maintenant l’air heureux. Mule prend sa jupe, la lave et la pose par terre pour la faire sécher. Puis, obéissant à un ordre de sa mère, elle va changer les cochons de place pour qu’ils soient à l’ombre. « Notre mère nous ordonne quoi faire: chercher du bois, les cochons, etc. Nous ne disons rien, nous exécutons. C’est ainsi que cela se passe ici», explique Mule.

Ce sont les hommes qui éduquent les garçons

Les hommes vivent séparément et préparent eux-mêmes leurs repas. Ils ont aussi le devoir d’enseigner aux jeunes garçons tout ce qu’ils doivent savoir: protéger, avec arcs et flèches, leur terre, leur clan , leurs femmes et leurs enfants.

Économie
Recettes
Les histoires
Info / pays
L’article

C’est une aventure, c’est un éveil est c’est humain