LE NOM:  Le mot Mali vient de l’appellation de l’un des anciens empires de la région.

GEOGRAPHIE

 

Le relief est formé de plaines et de plateaux d’altitude moyenne. Sans accès à la mer, le pays se divise naturellement en trois zones : le nord appartient à la zone saharienne (aride), le centre à la zone sahélienne (semi-aride) caractérisée par une savane arbustive où dominent les épineux, et le sud à la zone soudanienne irriguée et cultivée.

Climat

De subtropical à aride. Les températures s’élèvent au fur et à mesure que l’on monte vers le nord.

Hydrograhie

Le sud et le centre sont irrigués par quatre fleuves : le Niger, le Bani, le Baoulé et le Sénégal. Le tiers nord du pays ne possède  que quelques sources permanentes. Les précipitations annuelles varient d’environ 1120 mm à Bamako à moins de 127 mm dans le Sahara.

Altitude maximale : le Mont Hombori, 1155 mètres

 

Alors

Altitude maximale : le Mont Hombori, 1155 mètres
 Superficie : 1 240 195 km2
Densité : 8 habitants par km2
Terre arable : 4%

Capitale : Bamako

 

Aujourd’hui

 

 

HISTOIRE

Vers le 5e siècle après J-C: Fondation de l’empire du Ghana, situé dans la région du Soudan occidental, entre les fleuves Niger et Sénégal, décrit alors comme le Pays de l’or.
En 1076 : L’empire du Ghana succombe sous les coups des Almoravides berbères, qui avaient entrepris l’islamisation de l’Afrique occidentale. À cette époque, les pasteurs sarakolés s’établissent dans la région, tandis que les bambaras animistes s’installent dans le sud.
12e siècle : Fondation de l’empire Songhaï, dont la capitale est Gao.
13e siècle: Soudjata Keita fonde l’em pire du Mali qui absorbe l’empire Songhaï.
14e siècle : Expansion de l’islam au Mali. Apogée de l’empire qui s’étend sur les états actuels du Mali, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée et de la Mauritanie.
15e siècle : Chute de l’empire du Mali au profit de l’empire Songhaï, qui couvre la plus grande partie du Mali moderne, englobant à l’ouest des territoires de l’actuelle Guinée et s’étendant à l’est jusqu’à Kano, au nord du Nigeria.
1591 : Destruction de l’empire Songhaï par l’invasion marocaine.
17e et 18e siècles : Durant ces deux siècles, le territoire malien est morcelé en plusieurs petits états guerriers. Face à ce déclin, un renouveau politico-religieux musulman se développe. 
19e siècle : Dans la seconde moitié du 19e siècle, la guerre sainte est menée parle chef musulman El-Hadj Omar, fondateur de l’empire Toucouleur, s’étendant de Tombouctou jusqu’aux sources du Niger et du Sénégal.
1864 : Les troupes d’El Hadj Omar sont  défaites par les Français, dirigés par Louis  Faidherbe, à Bandiangara. 
La colonisation  du continent par l’Europe débute. 1898 : Le Mali, une partie de la   Mauritanie, du Burkina Faso et du Niger  sont intégrés à l’Afrique occidentale française,   qui prend en 1920 le nom de   Soudan français, après le détachement de la Haute Volta (Burkina Faso).
1946 : Constitution du Rassemblement    démocratique africain (RDA), menant la    lutte pour l’indépendance de l’Afrique    occidentale. Sa section malienne, l’Union    soudanaise, est dirigée par Modibo Keita.    1956 : Le Soudan français accède à l’autonomie    et devient, deux ans plus tard,    une république au sein de la communauté    française.    1957 : Le Soudan se joint au Sénégal pour    former la Fédération du Mali, qui se proclame    indépendante le 20 juin 1960. La    fédération éclate en septembre de la    même année, en partie à cause de la rivalité    entre Léopold Sédar Senghor et    Modibo Keita.
22 septembre 1960 : Proclamation de    la République du Mali.    Septembre 1968 : Coup d’état militaire    qui renverse le président Modibo Keita    et instaure une dictature dirigée par le    lieutenant Moussa Traoré.
Mars 1991 : Renversement de Moussa    Traoré par un coup d’État dirigé par le    lieutenant-colonel Amadou Toumani    Touré.
1992 : Élections démocratiques qui portent    Alha Oumar Konaré au pouvoir.
2002 : Amadou Toumani Touré, dit ATT    le Peul, est élu président.
1945-1965 : Sukarno se bat pour unifier le pays et stabiliser son économie. Le Parti communiste indonésien (PKI) prend de l’importance et tente un coup dÉtat déjoué par larmée sous le général Suharto. Dans la période de désordre qui sensuit, on estime à 750 000 le nombre de  communistes (ouprétendus tels) massacrés.
1967: lAssemblée nationale élit Suharto président, et il est actuellement au pouvoir.

Sur Wikipedia

Les histoires
Femmes
Les jeunes
Habitat
Recettes
Statistiques
Un jour

C’est une aventure, c’est un éveil est c’est humain